Un homme à abattre, a chicken prophecy

15 juillet 2020 Pier Porcheron

C'est l'histoire de trois personnes qui vivent dans une même maison. Une maison qui est faite d’éléments de plusieurs types d'habitations (caravane, mobile-home, cabane, carton de SDF). On pourrait dire que l'hymne de cette maison c'est «  sa maison est en carton, pirouette, cacahuète ».

Il y a un homme d'une cinquantaine d'année. Il est un peu bourru, il vit de petites rapines, de magouilles et d'arnaques. Pas méchant mais c'est un truand. Comme Tuco. Il ne réussit pas forcément ces arnaques. Il n'est pas très bien habillé et sans doute un peu sale. C'est quelqu'un, paradoxalement, de très fidèle. Il habite dans un endroit trop petit pour son ventre proéminent.

Il y a une femme, entre 20 et 30 ans. Elle est aussi aussi un peu bourru, mais elle a un cœur d’artichaut. Elle est très directe et ne prends pas de pincette. Elle travaille à distance et fais la voix pour un téléphone porno. Elle s'habille très bien et ne supporte pas la saleté. Elle a une très jolie voix et secrètement elle voudrait être chanteuse romantique.

Il y a un homme d'environ 40 ans. Il est gauche et agité. Il n'a pas de travail à proprement parlé. Il n'a rien à faire. Il invente des choses pour raconter des histoires. Il fabrique des trucs minutieux avec ce qu'il trouve. Il est attachant mais on devine une grande noirceur en lui. Il organise la vie quotidienne autour de la maison et propose des 'animations'. Il peut-être un peu trop pro-actif. Il est habillé avec des vêtements proches du corps, et a tendance à toujours se retrouver coincer dans quelque chose. Un peu comme un chat. Et comme un chat il va chercher une connerie à faire s'il il n'a rien à faire.

Nous suivons ces trois personnes durant une journée et une nuit. Nous découvrons leur quotidien. Leurs allées et venues, les rapports qui les construisent.

Quand le jour suivant se lève, nous retrouvons les mêmes choses : les mêmes actions, le même rituel, les même incohérences. Jusqu'au moment où, au moment de manger, à midi, le poulet qui doit être tué pour le repas, se dérobe. S'ensuit une course, une chasse au poulet. Il est finalement repris et tué. Il revit, et, dans ce court moment de survivance, il annonce une prophétie à ces trois personnes. La prophétie est assez floue pour que chacun la comprenne à sa façon. Et chacun comprend que chacun est menacé par un autre ; A croit que B en a après lui, B croit que C en a après lui, C croit que A en a après lui. A veut tuer B, B veut tuer C, C veut tuer A. Cela se passe la nuit.

Le matin suivant, les mêmes actions sont répétées. La vie quotidienne se revit, mais cette fois-ci sous le prisme de la menace et de la suspicion permanente. Les actes d'avant prennent un angle différent. (je m'aperçois qu'il y a une structure comparable à Godot)

Cette deuxième partie va entraîner nos personnages dans un tourbillon qui va dérégler totalement leur quotidien.

Entraînant la mort de deux sur trois. Ils vont revenir sous forme de morts vivants . Ils se recomposeront comme l'a fait le poulet.

Puis celui qui reste sera lui même engloutis dans ce nouveau monde. Et tout recommencera, dans une danse joyeuse.